restaurants

Restaurant L’Oxalys de Jean et Magali Sulpice à Val Thorens

Le summum des saveurs naturelles à 2300m d’altitude par Josseline Rigot

Restaurant L’Oxalys de Jean et Magali Sulpice à Val Thorens

Alors que la gentiane n’était pas si haute que ça dans les alpages à la fin de l’été voilà que les premiers flocons sont tombés très tôt sur les Alpes du Nord. On se demande si la gentiane ne brade pas un peu sa réputation de baromètre naturel.
Peu importe, qui dit neige dit nouvelle saison dans les stations et le plaisir de retrouver L’Oxalys de Jean et Magali Sulpice.
Perché à 2300 mètres d’altitude,  l’exceptionnel restaurant de Val Thorens, le « deux étoiles Michelin » le plus haut d’Europe, rouvre ses portes après une petite parenthèse de remise en beauté de la salle du restaurant.

L’authenticité reste de mise dans cet écrin dessiné par des matériaux nobles fondus dans des tonalités grises et chocolat qui mettent en valeur les tables baignées de lumière donnant sur un panorama époustouflant. 

Jean n’a que 24 ans en 2002 lorsqu’il ouvre L’Oxalys

Né à Aix Les Bains dans une famille de restaurateurs, il a un potentiel positif, une forte détermination doublés d’une solide formation qui le conduit notamment aux côtés de Marc Veyrat
Il lui faut le culot de prendre le risque doublé d’une passion sans faille pour créer son restaurant gastronomique à 2300 mètres d’altitude dans une station dédiée au ski.

Ici, comme il l’explique simplement on ne cuisine pas comme ailleurs car en altitude les techniques et les temps de cuisson ne sont pas les mêmes qu’en plaine.
En dix ans, la cuisine de Jean Sulpice a été en constante évolution pour atteindre la perfection et offrir une aventure permanente dans l’assiette reconnue par une première étoile en 2004 et une seconde en 2009. 

D’apparence simple, sa cuisine émerveille par sa pureté et son intelligence.  A la fois saine et inventive elle met en valeur les produits de la région choisis et traités au petit point. Ils sont subtilement associés aux herbes et aux fleurs de la montagne et servis avec des vins inattendus sélectionnés par Magali, sa femme sommelière.

Un déjeuner au restaurant l'Oxalys !

Afin de vous réserver la surprise de sa nouvelle carte et pour vous mettre en appétit je vais vous raconter mon déjeuner du 15 août sur la terrasse de L’Oxalys balayée alors par un vent d’été tonique face à un cirque impressionnant de montagnes rocheuses.

Tout commence par un festival de délicieuses bouchées pour aiguiser l’appétit : une petite galette de polenta croustillante façon chips, deux  mini tartelettes l’une  aux petits pois et menthe et l’une autre au chou fleur et crème « muscadée », suivent une cuisse de grenouille en tempura, la crème de carotte à l’émulsion de cannelle et la petite brouillade aux cèpes en coque d’œuf.

Passé ces merveilleuses entrées en matière, les choses sérieuses arrivent avec une mousse de girolles aux amandes fraîches d’une finesse exceptionnelle, suivie du jaune d’œuf cuit à 55°C sur un velouté d’oxalys, avec des écrevisses du Léman, épeautre et croûtons, la perfection même, puis viennent les plats avec les filets de féra du lac Léman habillés de  fines feuilles de chénopode au parfum de vin jaune escortés d’un remarquable risotto de céleri suivis du râble de lapin Rex infusé au serpolet et  jus de moules au chorizo et salicornes, le tout dans la légèreté d’un mariage subtil de saveurs.

En guise de plateau de fromage, je cède à la mousse de Comté du Fort Saint Antoine avec herbes, fleurs de montagne,  coulis de betterave et noix de Grenoble. Une vraie tuerie comme on l’entend dire aujourd’hui ! 

Avant de finir avec de sublimes desserts comme la pureté absolue de la pomme surprise en chaud et froid prise dans une fine coque meringuée légère et croquante suivie par l’ananas décliné et escorté d’un sorbet à l’agastache, une herbe locale aux tonalités anisées très fraîches.

Pour conclure ce repas d’exception une fine bulle de chocolat fond sous un filet de génépi. 

Tout s’arrête dans le bonheur et l’émotion après cette cascade de surprises gourmandes légères agrémentées d’ un seul verre de vin pour accompagner ce merveilleux repas car étant au volant ce jour là je me suis limitée à un seul verre de vin choisi avec subtilité par Magali: un vin blanc surprenant du Pays d’Oc le Domaine de l’Aube  des Temps 1999 parfait sur la féra.

Inutile de préciser que je me suis régalée du début à la fin de ce repas et avec une idée en tête : revenir à L’Oxalys dès que possible même si la route pour y arriver semble parfois un peu longue en virages.

En marge de la carte, 3 menus sont proposés à 67 €, 110€, 140 €.

Pour conforter les accords mets et vins Magali et Jean  Sulpice  vont mettre les viticulteurs à l’honneur autour de trois dîners d’exception les 14 décembre 2012, 24 janvier et 14 avril 2013.

Le restaurant rouvre ses portes le 29 novembre jusqu’au mardi 30 avril 2013. 

Tél : 04 79 40 00 71 / Fax : 04 79 06 45 70www.restaurant-loxalys.fr contact@restaurant-loxalys.fr


Commentaires